CIGARETTE ET JAPON, UN MONDE A L'ENVERS.

Publié le par eja

En arrivant vendredi soir à l' aéroport tout me semblait normal, panneaux signalants que l'aéroport est non fumeur.
Comme à mon habitude, je sors dehors fumer.
Là déjà, cela me semble moins normal, mais je n'y fais pas trop attention, juste comme une impression que je suis en train de faire quelque chose d'interdit...
Je fume ma clope et cherche un cendrier pour jeter le mégot, pas de cendrier et encore moins de poubelle, tout compte fait j'en trouve une, Ouf ! cela m'aurait déplu de devoir souiller l'asphalte nickel...

Puis on part pour prendre le train pour nous rendre à l' hôtel.
Au bout 1h40 de trajet, de nouveau dehors et là je me rends compte que des panneaux non fumeurs, dont disposés un peu partout.
Bizarre, bizarre...

Je fume quand même, car après tout nous sommes dehors et il y a personne ! Cigarette finie,  je glisse le mégot dans un égout car toujours pas de poubelle. 

Arrivée à l'hôtel, nous entrons dans la chambre et là pas de doute; la chambre est une chambre fumeur !
De plus en plus bizarre, bizarre... Mais bon, moi ça m'arrange.

Nous ressortons le premier soir pour dîner; de nouveau des panneaux signifiant des zones non fumeurs,
Imaginez un espace extérieur grand comme la défense et de même configuration, avec dalle et gratte ciel, avec interdiction de fumer... Bizarre, bizarre.
Nous remarquons au passage de petits espaces fermés, se sont les espaces fumeurs !...

Nous trouvons un restaurant, nous dînons; au moment de partir je me rend compte que les gens fument dans le restaurant. Alors que moi je m'en étais privé pendant tout le dîner, n'imaginant même pas que le restaurant pouvait être fumeur !!!!

Je vous le dis un monde à l'envers, interdiction de fumer dehors mais dans les resto et bar c'est possible ! Bizarre, bizarre.


tabac
Sur les trottoirs de Tokyo.


UNE EXPLICATION S'IMPOSE :

Je n'ai pas remarqué de tabac, par contre le nombre de machine qui vend des paquet de cigarettes est considérable.
ce sont des machines comme celle-ci :


m1.jpg

La vente de tabac est interdit aux personnes de moins de 20 ans, mais la machine ne peut le savoir...

Le constructeur japonais de distributeurs automatiques, Fujitaka, a décidé de remédier au problème. Ses machines vont être progressivement équipées d'une caméra vidéo et d’un système de reconnaissance faciale.

Chaque utilisateur se verra attribuer une carte magnétique sur laquelle seront inscrites ses données morphologiques. Au moment où il achètera des cigarettes, le distributeur automatique comparera son visage avec les informations contenues dans la carte magnétique.

Cependant, de nombreuses voix se sont déjà élevées contre ce système qui leur parait complément inutile. En effet, la carte sera délivrée sur la foi des informations fournies par le client lors de son enregistrement. Libre à lui de mentir sur son âge ! ( source aujourd'hui Japon)

Alors, pour y voir plus clair :

Le nombre de fumeurs au Japon est en diminution, mais reste encore élevé par rapport aux autres pays développés, avec quelque 40% des hommes et 13% des femmes, selon le groupe Japan Tobacco (JT), autrefois monopole d'Etat. Le gouvernement n'a jusqu'ici adopté aucune loi pour réellement interdire le tabac et le prix d'un paquet de cigarette est ridiculement bas (300 yens soit environ 2,2 euros). La loi sur la promotion de la santé de 2002 encourage simplement les écoles, les hôpitaux, les grands magasins et d'autres lieux publics à prendre des mesures pour protéger les clients du tabagisme passif, mais aucune sanction n'a été prévue pour les contrevenants.

Des gouvernements locaux et des institutions ont donc imposé leurs propres mesures antitabac. Les arrondissements du centre de Tokyo ont ainsi interdit ou activement découragé le tabac dans les rues, à l'exception d'endroits bien délimités. La cigarette a également été exclue l'an dernier de la plupart des taxis de la capitale, ainsi que des gares depuis le début de cette année. Beaucoup de bars, de cafés et de restaurants conservent toutefois des zones pour fumeurs.

Bungaku Watanabe, qui milite au Centre d'information sur les problèmes du tabac, affirme que le taux élevé de fumeurs est lié au fait que l'Etat possède encore environ 50% de Japan Tobacco, seul fabricant de cigarettes de l'archipel. JT finance des campagnes pour promouvoir "la coexistence entre fumeurs et non-fumeurs dans les lieux publics" et profite de rassemblements publics pour installer à proximité un camping-car surnommé "SmoCar", équipé d'extracteurs et de purificateurs d'air, afin de permettre aux fumeurs de s'adonner à leur plaisir.

Les ventes de tabac ont chuté de 5% au Japon l'an dernier, mais rapportent encore 3.730 milliards de yens (28 milliards d'euros), selon l'Institut du tabac du Japon.( source aujourd'hui Japon)

 

Publié dans Japon

Commenter cet article